Wade ohhh mon Wade!

Répondre
Avatar du membre
Amy Matthew

Wade ohhh mon Wade!

Message par Amy Matthew » 07 avr. 2009, 13:37

Ce monde bien différent du mien était quelque peut semblable et il était temps que je sache ce qu’il en était de moi ou plutôt de mon double. Humain, mutante ou ayant des gènes altéré tout cela était mon cas. Il y avait tellement de questions qui me trottaient dans la tête que j’avais du mal à me décider sur un objectif précis.
Il m’avait donc fallut quelque jours pour m’adapter à ma nouvelle situation, d’abord de l’argent et une identité. Pour ça c’était simple, des blessures par bal et des coups de couteau à soigner à la pelle m’avait fait gagner assez d’argent pour avoir des « papiers » dignes de ce nom, un numéro de sécu et un nom. Tout était donc parfait pour que je me reconstruise une vie ou du moins continuer celle que j’avais. Mon nouveau nom était donc Jessica Chase, un nom commun sans l’être trop. Jane Doe ou Clara Smith aurait était l’équivalent d’un panneau indicateur avec des lettres lumineuse qui disait « attention, attention, identité foireuse ».
La seconde partie de mon périple était de me retrouver chose qui ne fut pas très facile car je devais faire attention aux noms que je cherchais. Sans pour autant savoir s’ils étaient le mêmes dans ce monde. Au bout de quelques jours j’avais retrouvé la trace de mes parents dans l’université qu’ils avaient fréquentée. C’était déjà un bon point puis, en poussant un peu plus loin il y eut un extrait de naissance pour une Charlène « donc moi » et un Charles. Le deuxième nom m’intriguais sur le coup et vus que les gamins étaient sensé être des jumeaux je mis cela sur le coup du hazard. En allant plus loin dans la généalogie de cette famille je découvris sans aucune surprise le décès des parents, tout comme cela s’était produit pour moi.

Voila donc l’objet de mon présent voyage ou plutôt de mon retour de voyage. Je m’étais rendue dans une ville perdue des états unis là où était sensé ce trouver la fameuse ferme qui n’en était pas une. Et à ma grande surprise la ferme était debout et ressemblait bien à une ferme. Un petit tour au cimetière avait confirmé mes doutes. Une catastrophe avait eu lieu à cet endroit l’hôtel avait soit disant brulé avec ses occupants. Des gamins qui participaient à une classe nature. Les noms me disais rien mais les visages oui. Je reconnu mon visage et un vague aire de parenté avec un des gamins. Ils étaient tous morts dans l’explosion.
Enfin, j’étais fixée sur mon sort, maintenant il fallait que je le sois sur celui des vrais faux profs qui avaient survécu. Leur noms mentaient mais pas leurs tête.

*Il y en a un ou deux qui risquent d’avoir chaud aux fesses.*

J’étais donc sur le quai attendant mon train pour New York regardant les passants. Lorsque le train arriva seul 5 à 8 personnes montèrent à bord. Je m’étais donc installée près d’une fenêtre pour profiter du paysage et finir le livre que j’avais acheté en solde. Une espèce de roman graphique datant des années 80 qui s’intitulait Watchmen. La manière dont ils avaient vu ou revu l’histoire était intéressante. Et ce qui me fis le plus rire c’était ce fameux Docteur Manhatan, un personnage tout bleu qui ce baladait à poile.

De temps à autres je relevais le nez de mon bouquin pour regarder les gens autour de moi sans trop m’attarder sur les visages sauf un. Celui d’un homme plutôt beau gosse avec un genre bad boy qui pourrait faire craquer la première venue. Enfin, si je n’étais pas dans cette situation j’aurais bien continué à le regarder.

Quelques heures plus tard j’étais à la gare de New York et ce n’était plus le même rythme que dans le village que je commençais à regretter. Ne sachant pas trop quoi faire et surtout où aller je décidais de m’installer devant un thé et lire le journal histoire de trouver un appart et me renseigner sur les infos et la politique actuelle.
L’initiative persécutait les mutants et leurs manières n’étaient pas très douces. J’avais bien envie de me mêler de cette histoire mais j’étais liée au secret de mes compagnons. Tant que rien n’avait été décidé je ne devais rien faire.
Dommage.

Après avoir relevé trois annonces intéressantes je refermais mon journal et revis l’homme du train. A croire qu’on ne faisait que ce croiser. Amusée mais aussi intriguée je lui fit un léger sourire tout en le regardant droit dans les yeux. Me dirait-il bonjour ? M’ignorerait-il ? Je n’en savais rien. Quoiqu’il en soit j’avais fais un deuil de mon ancien monde et j’étais en train de prendre possession de celui-ci.
word count: 876

Répondre

Retourner vers « Gare de Grand Central »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité