Réveil mouvementé - flash-backs - rp solo mais ouvert à ceux qui veulent participer

La Terre est la troisième planète par ordre d'éloignement au Soleil et la cinquième plus grande du Système solaire aussi bien par la masse que le diamètre. Par ailleurs, elle est le seul objet céleste connu pour abriter la vie. Elle orbite autour du Soleil en 365,256 jours solaires — une année sidérale — et réalise une rotation sur elle-même relativement au Soleil en 23 h 56 min 4 s — un jour sidéral — soit un peu moins que son jour solaire de 24 h du fait de ce déplacement autour du Soleil. L'axe de rotation de la Terre possède une inclinaison de 23°, ce qui cause l'apparition des saisons.

Répondre
Avatar du membre
Logan - Wolverine
Messages : 45
Enregistré le : 03 oct. 2021 23:18
Affiliation : X-Men
Type de personnage : Mutant de classe 4
Situation amoureuse : célibataire
Localisation : quelque part en fuite
Age : peut-être 40 ans, plus ou moins...
Genre :
Canada

Réveil mouvementé - flash-backs - rp solo mais ouvert à ceux qui veulent participer

Message par Logan - Wolverine »

Qu’est-ce qu’il m’arrive ?
Ma tête était lourde et douloureuse comme si elle allait exploser. Mon esprit était dans le coton, j’avais du mal à réfléchir et m’orienter.
J’étais allongé à plat ventre sur le sol, il faisait froid et la pluie brouillait les odeurs, les bruits et ma vue. En voulant me redresser à l’aide de mes bras je constatais que je manquais de force car il me fallut beaucoup d’énergie pour me mouvoir. Lentement, avec prudence je m’assieds, toujours à terre. Je ne portais pas de vêtements, j’étais sale et il y avait des truc étranges collés sur mes tempes, mon torse et bras en plus d’une aiguille. Je retirais le tout vivement et fit une grimace de douleur et surtout de surprise car je ne m’attendais pas à ce que les poils de mon torse s’arrachent avec la colle. Finalement je n’étais pas douillet mais la sensation d’épilation n’était pas agréable. Quand vint le tour de l’aiguille, je la saisie par le bout et s’arrachât sèchement. Il était inutile de tourner autour du pot. Il fallait bien retirer ce truc.

Je regardais autour de moi, les odeurs ne le disaient rien. Quelques animaux étaient passés par là, je sentais que certains d’entre eux m’observaient discrètement. C’était probablement des herbivores qui se préparaient à fuire pour ne pas me servir de repas.

Qu’est-ce que je fou-là ? Pensais-je à plusieurs reprises depuis que j’avais ouvert l’oeil. Mon instinct me poussais à me lever et à bouger. Je devais partir de là mais je ne savais pas pourquoi. Mon esprit était toujours brouillé et je n’arrivais pas à mettre mes idées en place.
Je rassemblais mes forces et je me relevais avec peine. Je me sentais lourd et j’avais l’impression que mes muscles n’étaient pas habitués à ça. Avais-je été immobilisé longtemps ? Mystère.
Trop de choses m’étaient inconnues. C’est comme si je venais de me réveiller. C’était le cas, mais pas ce genre de réveil…
Un pas après l’autre je trouvais mon équilibre et je me sentais plus vif. Comme si je m’adaptais à quelque chose de nouveau. L’eau ruisselait sur moi, il faisait toujours aussi froid. De la vapeur d’eau s’échappait de ma bouche quand j’expirais. Il fallait que je bouge pour ne pas avoir de problème. Je ne portais rien sur moi, même pas de sous-vêtements. Ce n’était pas normal.
Je me mis en marche dans la forêt en allant droit devant sans vraiment de raison. Il fallait bien aller quelque part après tout.
Au bout d’un moment qui était assez long j’entendais les animaux s’enfuir. Quelque chose approchait. Je m’arrêtais, tendais l’oreille, cherchant une odeur, ou essayant de voir quelque chose. C’était des chiens, ils venaient de derrière moi. Grâce à leur aboiements, je savais qu’ils étaient excités mais ils avançaient lentement, la vitesse du pas d’un homme pressé. Il y avait au moins 5 chiens qui arrivaient dans me direction. On me suivait mais pourquoi ?
Mon cœur s’emballât et mon instinct de survie me poussa à quitter cet endroit au plus vite. La pluie pourrait couvrir mon odeur. Je me mis à courir aussi vite que possible mais la forêt se densifiait et les ronces aux épines acérées ralentissaient ma progression. Chaque pas étaient douloureux à cause des morceaux de bois, de cailloux qui me blessaient la plante des pieds. En traversant les ronces de manière précipitée je sentais la douleurs des griffures à chaque fois que j'en traversais. le pire c'est que je laissais des traces que les chiens pouvaient suivre. D'ailleurs leurs aboiement étaient de plus en plus fort car ils se rapprochaient très vite de moi. J'essayais de gagner en vitesse mais je ne pouvais pas aller plus vite. Je fatiguais, j'étais essoufflés et je m'épuisais à chaque minutes qui passaient.
Brusquement un des chiens me sauta dessus. Je me retournais instinctivement en grognant, montrant les dents. Sans réfléchir je donnais des coups de poings sur le chiens et vit que des griffes de métal étaient sorties du dessus de mes main dans d'horribles douleurs. Le sang giclait du coup de l'animal qui agonisait en couinant pour se taire quelques instant plus tard dans une marre de sang. Je haletais, perdu, mais extrêmement réactif à cause de l'adrénaline qui me boostait. Deux autres chiens me bondirent dessus mais ils n'eurent pas le temps de me sauter dessus car chacun d'eux avaient pris un bon coup de griffe qui les avaient éventrés projetant encore plus de sang sur moi et sur le sol. C'était un vraie carnage mais je m'en fichais seul ma survie comptait.

Immédiatement, je me retournais pour reprendre ma course pour échapper à mes poursuivant mais c'était trop tard. Un homme qui avaient du me prendre à révère mais pointait avec son fusil à gros calibre. Je grognais de colère en le voyant mais n'avançais pas à cause de la taille des balles qui pourraient me tuer.
De part et d'autre de moi, d'autres hommes avec leurs chiens arrivaient. J'étais encerclés et surtout bel et bien menacé avec des armes de guerres.


Q'est-ce que vous me voulez bordel! Hurlais-je en essayant de comprendre ce qu'il se passait.
Depuis le peu de temps que j'étais réveillé je ne comprenais pas un seul instant de ce que je vivais. Je ne savais ni ce que je faisais là, pourquoi j'étais nu avec seulement des plaques militaires autour de mon coup. Pourquoi des griffes en métal sortaient des mes mains...


Qu'est-ce que vous m'avez fait! Qu'est ce que je fais là!Les soldats se rassemblaient de même côté en me tenant toujours en joue et surtout sans rien dire. Ca ne me disais rien de bon.
Pourquoi ne répondaient-il pas et surtout pourquoi je ne savais rien de rien. En effet, j'avais l'impression qu'il me manquait quelque chose, des souvenirs. Je n'avais pas la moindre idées de mon identité.
Un cliquetis familier provenant d'un des fusils d’assaut me poussa à reprendre ma course pour ma vie. Il s'agissait d'une sécurité qu'on enlevait avant de tirer, de la mise en mode tire continue. Ces fils de putes allaient m'abattre comme une merde au gros calibre sans me donner une raison. Qu'avais-je fait pour mériter un pelotons d'exécution par des militaires? Car oui, c'était bien des militaires. Même s'ils ne portaient pas d'uniformes ou de grades, leur attitude, leur organisation. Il ne pouvait pas en être autrement.
Je n'avais fait que quelques mètres, que j'entendais les détonations continue et les douleurs atroces que provoquaient les balles quand elles pénétraient mon corps, déchiraient mes chaires, détruisant tout sur leur passage. J'avais l'impression de devenir fou, enragé. je continuais d'avancer coûte que coûte. Mais je m'écroulais sentant la mort me prendre. Je sentais que je perdais connaissance. les bruits de pas, lents cette fois-ci se rapprochaient de moi. Ils discutaient de moi disant qu'ils devaient me finir au plus vite car je me régénérais déjà.
Régénérais? Je ne comprenais pas. C'était une habitude. Quoi qu'il en soit, je sentais moins les douleurs et ma faiblesse me quittais. Ils étaient proches, au dessus de moi. J'un d'eux allumait une cigarette, j'entendais le bruit du paquet et du briquet qu'on actionne. Un autre me donnait des coups de pieds sur le côté pour voir si je réagissais. Je faisait le mort. Mon instinct me guidait, j'étais comme un animal qui attendais le meilleur moment pour prendre la fuite.
Deux gars plaisantaient. Ils étaient proches, très proches, trop proches.
Il n'avaient qu'à faire attention, je leur sautais dessus comme un diable qui sortait de sa boite, toutes griffes dehors, attaquant tout ce qui était à ma portée. Les hurlement, les plaintes, l'odeur du sang, le gout métallique qu'il avait brouillait la nature. Ils m'avaient acculés et essayaient de me tuer. Je ne faisais que réagir.

Toujours dans l'urgence je tentais de m'échapper et je me remis à courir. D'autres soldat qui étaient plus loin se rapprochaient en courant pour venir en aide à leurs frère d'armes que j'avais soit tués, soit gravement blessés. Mais quand on s'attaque à un fauve, il ne faut pas croire qu'il se laissera tuer sans se battre jusqu'à la mort.
Je courrais, courrais, courrais comme un dingue droit devant à travers les arbres et les ronces qui me protégeaient d'impactes de balles qui sifflaient de part est d'autres. devant moi j'entendais un grondement sourd qui se rapprochais au fure et à mesure que j'avançais. Je continuais tout de même car de toute façon je n'avais pas d'autre choix.
L'humidité s’amplifiait, je sentais le vent et des gouttes d'eau qui sentaient la terre. C'était un falaise, non, un cascade qui faisait plusieurs mètres de haut. Les aboiement des chiens s'approchaient, je devais faire quelque chose. J'avais fait quelques pas vers le bord de la cascade dont le bruit était assourdissant. Un homme sortait de derrière un arbre et mon pointait avec son arme. La cascade ou les balles. Etre broyé par les rocher et mis en charpie par des balles et les chiens... Le choix était fatal mais c'était un choix. Je regardais l'homme, grognant face à lui les griffes sortie, menaçant et je sautais dans l'eau.


word count: 1719
Avatar du membre
Logan - Wolverine
Messages : 45
Enregistré le : 03 oct. 2021 23:18
Affiliation : X-Men
Type de personnage : Mutant de classe 4
Situation amoureuse : célibataire
Localisation : quelque part en fuite
Age : peut-être 40 ans, plus ou moins...
Genre :
Canada

Re: Réveil mouvementé - flash-backs - rp solo mais ouvert à ceux qui veulent participer

Message par Logan - Wolverine »

Le bruit assourdissant de l’eau, la puissance du courant, les tourbillons et mon poids qui m’attirait vers le fond était une épreuve incessante. Je le suis vu aspirer sous l’eau à plusieurs reprises et remonter à la surface avec une extrême difficulté. Je serai incapable de dire combien de temps je suis rester dans l’eau car le froid et le violence du courant m’on mis K.O. rapidement.
Je le souviens seulement d’avoir repris connaissance alors qu’il faisait nuit. J’étais allongé sur une rive ensablée de la rivière accalmie, face contre terre. Épuisé par cette journée déconcertante, je réussi à me relever constant que je n’avais aucune blessure apparente, ni douleurs interne. Ayant toujours en mémoire les hommes qui m’avaient poursuivi quelques heures plus tôt, je me remis en marche vers la forêt trouvant que l’abris des feuilles des arbres était une bonne protection et un excellent camouflage.
Mon instinct me poussait à rester mobile, et je me remis donc en marche en suivant la rivière espérant trouver un peu de civilisation.
Malgré l’obscurité, j’avais remarqué que l’aspect de la forêt avait changé. D’une majorité de sapin et une minorité d’arbres, la tendance c’était inversée ce sui m’indiquait que l’altitude où je me trouvais était moins élevée et mes chances de trouver des habitations s’agrandissaient.
Après plusieurs heures de marche, je repérais un sentier qui était assez fréquenté. Les ornières laissées par des routes de voiture quatre roue motrices et non de pas me permettait de penser qu’il ne s’agissait pas d’un chemin touristique.

Peu avant l’aube, je me trouvai près d’une scierie fermée pour la nuit. C’était bien ma veine, car je pourrais probablement y trouver de quoi m’habiller et manger avant de reprendre ma route au plus vite.
Après m’être assuré que l’endroit était bien désert et qu’il n’y avait pas de gardiens, j’ouvrais la porte de ce sui servait de vestiaire en étant surpris qu’elle ne soit pas fermée à clé. Ne pouvant pas me permettre d’être regardant, je prenais ce qu’il y avait et une fois humainement vêtu, bien que ressemblant à un clochard débraillé je ferais bien avec.
La fatigue commençait à se faire sérieusement ressentir. Il me fallait me trouver un endroit sûr ou dormir sinon je risquais d’avoir de gros problèmes car ce n’était pas le moment de faire des erreurs ou de tomber malade bien que j’avais des doutes me concernant sur ce dernier point.
La civilisation se faisait de plus en plus présente entre le bruit des voitures, l’apparition de maisons par-ci, par-là. Je cherchais quelque chose de précis : un lieu abandonné. Et vers le debut de la matinée je fus exhaussé : une maison en ruine avec un vieux hangar qui lui, tenait encore debout. J’entrais discrètement par un planche dont la fixation du bas n’existait plus et je me trouvai dans un endroit poussiéreux qui contenait des caisse et tout un tas de bric à brac. Conscient de la situation de danger dans laquelle je le trouvai, je le glissais dans un endroit un peu à l’écart et me posa contre une caisse, fermant les yeux sans demander mon reste.




word count: 590
Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité