[Flashback] Tâche laborieuse jusqu'à la fuite [pv Dewo]

Il s'agit des alentours proches de la ville, un endroit encore relativement sécurisé. Les champs s'étendent sur plusieurs hectares tout en restant assez peu éloignés pour entendre la cloche en cas de danger. Pourtant, c'est un endroit calme où la nature est bien présente et les bruits de la ville assez discrets.
Répondre
Avatar du membre
Indiko
Messages : 21
Enregistré le : 29 mars 2022 15:54
Type de personnage : isar renard roux
Situation amoureuse : c'est compliqué
Localisation : Laboratoire, Togi
Age : 25 ans
Genre :
Alien
Indiko

[Flashback] Tâche laborieuse jusqu'à la fuite [pv Dewo]

Message par Indiko »

Si on se fie au calendrier des colons, on est en plein mois de Dodénare. Indiko aurait du mal à convertir cette date à sa version isare, mais vu les temps froids actuels, il peut aisément deviner que pour les isards libres, on est en plein Frimaire.

Quand il fait aussi froid, il ne peut s’empêcher de penser à la froideur ayant envahi son cœur. Au début, il a essayé de la repousser, mais en fin de compte il n’y est pas parvenu. Cet air glacial lui cause toujours une forte douleur, mais celle-ci s’est un peu apaisée avec le temps. A force de devoir la subir, elle lui est devenue supportable. Son âme était ainsi, avant que quelque chose vienne le bouleverser. Depuis, la glace lui est devenue plus froide, plus dure, plus mordante. Mais en même temps, une chaleur semble venir à lui. Il hésite à l’accueillir en son sein.

Depuis trois mois, il réfléchit sur cet espoir qui germe en lui. Mais réfléchir sur sa propre condition fait ressurgir ses plus sombres pensées. Les nuits n’étaient déjà pas tranquilles avant, mais en ce moment, il a tendance à pleurer avant de s’endormir. Il ne veut pas finir comme Takeshi, il ne veut pas atteindre ce niveau de souffrance, il ne peut pas continuer à vivre en esclave résigné jusqu’à sa mort. Aussi, il veut garder cet espoir en lui, redevenir plus confiant à l’idée se libérer de son joug. Il veut retrouver son ancienne vie, la liberté qu’il a perdue. Mais il a déjà connu la souffrance de voir à plusieurs reprises un espoir se prendre de gros coups jusqu’à ce qu’il s’essouffle complètement. Pourrait-il risquer de subir de nouveau ce genre de souffrances ? Il ne sait même plus si cet espoir est justifié. Depuis sa capture, il n’a trouvé aucun moyen de se libérer. Il a fini par penser qu’il n’y arriverait jamais. En ce moment, il aimerait bien y croire de nouveau. Mais il craint que cela le fasse encore souffrir, que la poursuite d’une chimère le mène vers la folie. Comment savoir s’il ne se mettrait pas à en poursuivre une ?

Ce jour-là, Indiko doit travailler aux champs, qui autour de lui ont l’air gigantesques. En compagnie d’autres esclaves, il les laboure, en sentant sur sa peau la fraîcheur de l’air ambiant.
word count: 423
En cas d'ambiguité, l'italique est pour la langue isare.
Avatar du membre
Dewo
Messages : 20
Enregistré le : 04 juin 2022 17:19
Type de personnage : Hybride esclave sur Togi
Situation amoureuse : célibataire
Localisation : parmi les humains sur Togi
Age : 32 ans
Genre :
France
Dewo

Re: [Flashback] Tâche laborieuse jusqu'à la fuite [pv Dewo]

Message par Dewo »

La première chose qui me vient à l’esprit  - si si ça arrive, des trucs me viennent à l’esprit, parfois - c’est qu’on est en retard, au moins d’un mois. Ouais, labourer maintenant, c’est pas bien malin. Le sol risque d’être gelé et rendre le travail impossible. Faut croire qu’on a pas pu le faire avant... Inutile de s’en plaindre du coup, on y est, on y est, râler va pas ameublir la terre. Donc me voilà envoyé aux labours. J’ai l’habitude, je sais les gestes, je connais les outils. Nos propriétaires se sont arrangés entre eux apparemment, je me retrouve avec un renard que j’ai jamais vu. Pas bien épais le bougre... Je devine sans surprise que c’est encore moi qui vais tirer la charrue et lui qui va tenir le manche. Ouais parce qu’en plus, on manque de chevaux ici. Il paraît qu’avant - mais ça c’était avant - les humains avaient même des machines à la place des chevaux, comme celles avec lesquelles ils sont venu jusqu’ici. Je me demande comment ça marchait. Une mécanique qui bouge, que du métal, c’est pas vivant, ça devait être triste leur truc. Enfin si ça fait l’boulot... je comprends qu’ils aient été tentés. Je rejoins le renard, je renifle une morve qui me coule des naseau. Elle retombe, gluante et transparente en un long fil. Finalement je l’expulse en soufflant fort et me bouchant l’autre narine d’un pouce, SNURFF ! Je m’essuie d’un revers de main.

- Ce froid ! Ça me file la goutte au museau moi.

Chacune de mes expirations projette un gros nuage de buée blanche. Et la mienne est forte de respiration.

- Mmmoouhh ça pince un peu ce matin nan ?

Je dis avec un ton et un sourire amusé, en frottant mes grosses mains ensemble pour les réchauffer. Le froid je supporte bien, j'ai plus de mal avec la chaleur.

- Moi c’est Dewo. Je suis un natif, pas un captif. Mais tu l'avais deviné j’suis sûr. T'as l'air malin. Et je dis pas ça parce que t'es un renard. Et toi ? On t’appelle comment ?

Je lui demande, jovial, tout en m’installant les sangles pour tirer la charrue. La parcelle est grande, la journée va être longue. Je me prépare à un effort long et soutenu.

- T’as déjà labouré ? C’est pas compliqué hein, tu tiens bien le guidon, tu vises le sillon, bien droit hein, et moi je tire comme un bœuf ! Et si on zig zag pas trop ça devrait l’faire ! hu hu hu…

En donnant des petits coups de pieds, du tranchant d'un sabot dans la terre, pour tester sa résistance. Elle se laisse creuser, ça me rassure.

- ça va, elle a pas l'air gelée. Le soc de la charrue devrait réussir à entrer. Après, ça va tout seul.
word count: 511
Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité